Le Medef espère s’entendre sur un texte commun avec les autres organisations patronales pour le 21 novembre

18 novembre
2013

Une séance de négociation avec des points d’accord et de désaccord, des postures « de bonne guerre », mais une séance malgré tout « constructive » telle est la perception de Florence Poivey, négociatrice pour le Medef, à l’issue du quatrième rendez vous de négociation de l’accord national interprofessionnel de la formation professionnelle du 5 novembre. Marqué par une interruption (de trois quarts d’heure), au bout de laquelle le Medef et la CGPME sont revenus sans avoir convenu d’une position commune, elle a toutefois assuré qu’elle continuerait à travailler « pour convaincre et essayer d’aboutir à un texte commun pour la prochaine séance ».

Point de divergence avec la confédération des PME, la question du maintien d’un socle légal de financement de la formation professionnelle n’est pas encore arrêtée dans son propre camp.

Florence Poivey compte garder la même architecture du texte, contestée par certains, car elle estime qu’il y a « une cohérence dont nous sommes extrêmement convaincus les uns et les autres. Si nous arrivons à maintenir cette cohérence, cela créera véritablement une dynamique vertueuse ».

Au programme de la prochaine séance du 21 novembre, les questions de financement, à peine abordé, et de la mutualisation. La chef de file de la délégation patronale se dit « sereine » sur l’issue de la négociation d’ici à la fin de l’année, conformément au calendrier fixé par le gouvernement. Même si elle reconnaît que les négociateurs sont encore « loin d’être arrivés au bout des sujets » à traiter.

Béatrice Delamer
Article paru dans Le Quotidien de la Formation du 6 novembre 2013.

Mis en ligne le 18 novembre 2013
Publicité

catalogue 2018-2019