Jean-Marc Ayrault confirme la tenue d’une table ronde unique emploi-formation lors de la conférence sociale

23 mai
2013

Cette année, ce n’est plus à la « Grande conférence sociale », mais à une « Conférence sociale pour l’emploi » (appellation désormais officialisée par Matignon) que le gouvernement conviera représentants syndicaux et patronaux au mois de juin prochain au Palais d’Iéna afin de définir les grandes orientations sociales de « l’An II » du quinquennat.

L’emploi, donc, constituera la grande thématique de ces deux jours de réflexions, de propositions et de débats [1]. Ainsi que l’a indiqué Jean-Marc Ayrault mercredi 22 mai à l’issue de la première « conférence de méthode » qui a vu les huit organisations syndicales et patronales représentatives (Medef, CGPME et UPA côté employeurs, CGT, CFDT, FO, CFE-CGC et CFTC pour les salariés) rassemblées à Matignon en vue de l’établissement de l’ordre du jour des 20 et 21 juin prochains.

Des organisations parfois dotées de leaders tout neufs (CGT, CFDT, CFE-CGC) ou, a contrario, sur le départ (Medef), mais qui pour la plupart, fourbissent déjà leurs arguments en vue d’un deuxième round social d’ores et déjà annoncé comme bien plus tendu que le précédent.

L’an passé, la présence au gouvernement, d’un ministre chargé du Travail et d’un second dédié aux questions plus spécifiques de Formation professionnelle et d’Apprentissage avait conduit à la mise en place de deux tables rondes spécifiques. Mais avec le départ, en mars dernier, de Thierry Repentin de la rue de Grenelle pour les Affaires européennes [2] et la tutelle directe de Michel Sapin sur la formation professionnelle, l’idée d’une unique table ronde dévolue à ces deux thématiques semblait logique. Pas nécessairement aux yeux de certains partenaires sociaux, cependant, lesquels ont tenu à affirmer la spécificité de chacun de ces sujets. « Toutefois, Michel Sapin peut difficilement se couper en deux » plaisantait Jean-Marc Ayrault hier soir. Et si le ministre est insécable, la table ronde, censée se dérouler sur deux jours, en revanche, le sera. « Nous avons donc fait le choix d’une table ronde emploi-formation qui verra chaque journée aborder, respectivement, l’un de ces thèmes, indissociables dans notre bataille pour l’emploi et le recul du chômage » a annoncé le Premier Ministre. Une seule table ronde formation-emploi, mais les deux thèmes seront bien au programme, à égalité de traitement.

Benjamin d’Alguerre
Article paru dans Le Quotidien de la Formation du 23 mai 2013.

[1Si le chiffres de six tables rondes a bien été confirmé, le contenu exact de celles-ci fait encore débat. Les ministres concernés se réunissent aujourd’hui pour en discuter.

[2Lequel présidera, en revanche, l’atelier consacré aux questions sociales à dimension européenne.

Mis en ligne le 23 mai 2013
Publicité

catalogue 2018-2019