Le compte personnel de formation, « une avancée importante, objet de revendication et attente des concitoyens » (Michel Sapin)

4 avril
2013

« Une réponse par le haut, en phase avec de nouvelles réalités du travail, la fin de la carrière à vie, « les 40 ans dans la même boîte » » C’est ainsi que Michel Sapin, ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, a qualifié les dispositions concernant le compte personnel de formation, objet de l’article 2 du projet de loi sur la sécurisation de l’emploi, qu’il défend devant l’Assemblée nationale depuis mardi 2 avril.

Lors de sa présentation du texte de loi, il a jugé que ce compte, « objet de colloques innombrables, objet de revendication de toutes les organisations syndicales depuis des années, attente de nos concitoyens » était une « avancée importante » et a prédit qu’il serait «  demain, grâce à vous [1], une réalité. »

Estimant que la loi pose les principes du compte personnel, Michel Sapin a indiqué que « l’édifice à construire va mobiliser à nouveaux les partenaires sociaux –tous les partenaires-, les régions, l’État, pour aller vers ce compte personnel universel qui sera un pilier central de la « sécurité sociale professionnelle » », ajoutant que des amendements à l’article concerné permettront d’aller plus loin dans la précision des principes de ce compte et dans ses modalités de mise en œuvre.

Béatrice Delamer
Article paru dans Le Quotidien de la Formation du 3 avril 2013.

[1les députés

Mis en ligne le 4 avril 2013
Publicité

catalogue 2018-2019