Les employeurs du « hors-champ » souhaitent participer aux négociations relatives à l’emploi et à la formation professionnelle

18 juillet
2012

C’est côte à côte que l’Usgeres (Union de syndicats et groupements d’employeurs représentatifs dans l’économie sociale) et le Syneas (Syndicat des employeurs associatifs de l’action sociale et médico-sociale) s’étaient rendus au palais d’Iéna, les 9 et 10 juillet derniers afin de représenter le secteur de l’économie sociale aux tables rondes consacrées à l’emploi et à la formation professionnelle. Et, désormais, c’est à nouveau de concert que ces deux organisations comptent élaborer une feuille de route sociale commune.

Une première invitation dont les délégués espèrent qu’elle puisse constituer le prélude à une meilleure reconnaissance des employeurs de l’économie sociale dans le champ de la formation, via, notamment, la possibilité pour eux, à terme, de participer aux réunions du Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP), mais aussi du Conseil national de la formation professionnelle tout au long de la vie (CNFPTLV), voire, en régions, aux débats animés au sein des Comités de coordination régionaux de l’emploi et de la formation professionnelle (CCREFP). « Le secteur du hors-champ, et notamment celui du médico-social, présente des particularismes qui ne sont pas assez pris en compte par les dispositifs existants », explique Guy Courtois, vice-président du Syneas. « A titre d’exemple, la formation d’un éducateur spécialisé nécessite trois ans d’apprentissage, dans un contexte extrêmement balisé juridiquement. Or, actuellement, les dispositions existantes au titre du FPSPP, par exemple, ne sont pas adaptées aux réalités de notre branche. » Dans ces conditions, l’Usgeres et le Syneas ont fait savoir le 16 juillet qu’ils entendaient « contribuer, au-delà du diagnostic partagé, aux axes de travail présentés par le Premier ministre sur l’ensemble des thématiques sociales à l’issue de la conférence, et en priorité sur l’emploi et la formation professionnelle ». Une ouverture que les deux organisations d’employeurs souhaitent traduire par « la présence des employeurs de l’économie sociale dans les instances consultatives relatives à l’emploi et à la formation professionnelle, dans lesquelles siègent d’ores et déjà l’UnaPL pour les professions libérales et la FNSEA pour les agriculteurs ».

Un troisième Opca interpro consacré à l’économie sociale ?

C’est donc à nouveau d’une seule voix que s’exprimeront les deux organisations, au travers de positions communes qu’elles soutiendront, notamment sur les contrats de génération, les emplois d’avenir, la formation des jeunes, des demandeurs d’emploi et la territorialisation des politiques de formation au travers de l’Acte III de la décentralisation. « Le Premier ministre a salué la volonté des organisations patronales représentatives d’ouvrir le sujet de la représentativité des employeurs et de formuler des propositions. Cela nous paraît tout à fait important et nous sommes prêts à participer à cette réflexion », a pour sa part indiqué Alain Cordesse, président de l’Usgeres. Le hors-champ sera-t-il susceptible d’intégrer les négociations côté employeurs ? « Lors de la conférence sociale, le Medef n’a pas hurlé à la révolution sous prétexte que nous étions présents à la table des négociations », se souvient Guy Courtois. La CFTC, elle-même, avait d’ailleurs, par la voix de son secrétaire confédéral en charge des questions de formation, Jean-Pierre Therry, ouvert la possibilité de voir se constituer un troisième Opca interprofessionnel, concentré, justement, sur l’économie sociale et solidaire. « Une idée qu’il nous faudra mûrement réfléchir », a souligné Guy Courtois pour qui la création d’un tel organisme collecteur devrait passer par la fusion d’Unifaf [1], Uniformation [2] et l’Opca PL [3]. « Reste à savoir ce que l’on entend exactement par l’Opca du hors-champ avant d’entamer quelque réflexion que ce soit », a-t-il précisé, prudent.

Benjamin d’Alguerre
Article paru dans Le Quotidien de la Formation du 18 juillet 2012.

[1Fonds d’assurance-formation de la branche sanitaire, sociale et médico-sociale à but non lucratif.

[2Opca de l’économie sociale.

[3Opca des professions libérales.

Mis en ligne le 18 juillet 2012
Publicité

catalogue 2018-2019