« Les objectifs du rapport Larcher rejoignent les nôtres » (Pôle Éducation de l’équipe de campagne de François Hollande)

11 avril
2012

« Les objectifs du rapport [Larcher] rejoignent les nôtres et les préoccupations exprimées par les partenaires sociaux unanimes dans un récent rapport du Conseil économique, social et environnemental. »

C’est ce qu’écrit dans un communiqué le pôle Éducation, Jeunesse, Enseignement supérieur et Recherche de l’équipe de campagne du candidat PS à l’élection présidentielle, François Hollande. Celui-ci est signé par Vincent Peillon, responsable du pôle (et par ailleurs député de la Somme), ainsi que par Pascale Gérard (vice-présidente de la région PACA en charge de la formation et secrétaire nationale du PS en charge de la formation professionnelle et de la sécurité sociale professionnelle), Jean-Patrick Gille (député d’Indre-et-Loire), et Jean-Paul Denanot (président du conseil régional du Limousin et président de la commission « Formation Professionnelle et Apprentissage » de l’ARF (Association des régions de France)).

Le rapport Larcher, loin des « caricatures » de Nicolas Sarkozy

Il réagissent suite à la publication du rapport Larcher, vendredi 6 avril 2012, et jugent les préconisations exprimées plus en adéquation avec leurs positions que « les caricatures du président sortant ».

Le communiqué résume ainsi les évènements intervenus la semaine dernière : « Jeudi 5 avril matin, Gérard Larcher doit annuler la conférence de presse prévue avec les journalistes sociaux. Jeudi 5 avril après-midi, Nicolas Sarkozy réitère ses propositions sur la formation des chômeurs, en présentant à la presse sa lettre aux Français et le chiffrage de son programme. Les chômeurs se verront offrir une formation et seront obligés d’accepter un emploi correspondant. La mesure permettrait, selon lui, de satisfaire 150 000 offres d’emploi et d’économiser 1,8 Md d’euros. Si les syndicats et les organisations d’employeurs ne la mettaient pas en place… et s’il était réélu… le président sortant la proposerait aux Français par référendum. »

Quatre objectifs communs

Ainsi, selon le pôle Éducation de l’équipe de François Hollande, les socialistes et le rapport Larcher se retrouvent sur quatre objectifs :
- Donner une seconde chance de réussite professionnelle aux jeunes sortis de l’école sans qualification ;
- offrir une formation à la moitié des demandeurs d’emploi de plus de six mois, sans modifier les règles de l’offre raisonnable d’emploi, mais en rechargeant les droits à indemnisation faute d’emploi disponible ;
- assurer une meilleure gouvernance nationale et régionale de la formation professionnelle ;
- améliorer la qualité de l’offre et l’implication des entreprises.

En revanche, il est une proposition qui n’emporte pas l’adhésion des auteurs du communiqué : la suppression du minimum de 0,9 % de la masse salariale consacré au plan de formation. « Celle-ci tarirait les ressources des organismes paritaires, en charge de conseiller les PME et de mutualiser une partie des moyens en matière de formation », écrivent-ils.

Aurélie Gerlach
Article paru dans Le Quotidien de la Formation du 11 avril 2012.

Mis en ligne le 11 avril 2012
Publicité

catalogue 2018-2019