Le fonctionnement des dispositifs de formation professionnelle

9 avril
2009

Quelque 25 à 30 milliards d’euros sont consacrés chaque année à la formation professionnelle, rappelle le rapport. Il souligne l’enchevêtrement des mesures proposées aux salariés comme aux chômeurs pour se former. Ceux-ci ne s’y retrouvent pas. Ces dysfonctionnements pénalisent ainsi les personnes les moins informées : salariés peu qualifiés et chômeurs. La Mission sénatoriale propose de créer "un compte épargne formation" qui suivrait les salariés du début à la fin de leur vie active. Ce compte permettrait d’élargir l’accès à la formation "par l’individualisation et la responsabilisation". Le rapport suggère également que les organisations patronales et syndicales ne puissent plus émarger aux fonds de la formation professionnelle (0,75 % de la collecte, près de 20 millions d’euros par an) et que l’Etat s’en charge directement. L’Éducation nationale et le monde professionnel s’engageront aussi sur l’offre de formation au niveau des bassins d’emploi et de la région. L’évaluation par une autorité indépendante et la coordination par un seul ministère au lieu de sept figurent aussi parmi la vingtaine de propositions.

Tome I – Rapport
Tome II – Annexes

Voir le rapport en plein ecran

Mis en ligne le 9 avril 2009
Publicité

catalogue 2018-2019