François Bayrou préconise la création d’un agence nationale chargée de « mettre en ordre le secteur de la formation professionnelle »

15 février
2012

« On ne sortira pas du désordre sans que soit mise en place cette institution de coordination qui a été préconisée par la Cour des comptes, une agence nationale dont la mission sera de transparence et de stratégie, de mise en ordre du secteur de la formation professionnelle. » C’est ce que propose François Bayrou, candidat Modem aux élections présidentielles de 2012, à l’occasion de la clôture du troisième forum « solidarité », organisé par son parti le 11 février 2012.

Face « aux mutations économiques et à la crise », le chef de file du Modem a prôné la création d’un droit effectif à la formation tout au long de la vie, ce droit, « matérialisé par l’ouverture d’un compte formation continue » pouvant être activé par le salarié « lorsqu’il rencontrera des périodes de chômage partiel ou continu avec perte de salaire limitée ».

Pour financer ces changements, François Bayrou souhaite une « remise à plat » des crédits dispersés de la formation professionnelle. «  S’il existe un labyrinthe, alors la formation professionnelle en est un, 25 milliards, 30 milliards, on ne sait plus exactement. La situation de désordre et d’opacité dénoncée par la Cour des Comptes il y a deux ou trois ans n’a pas vraiment évolué. S’il est un secteur où l’on est certain que des masses très importantes d’argent public pourraient être mieux utilisées, la formation professionnelle en est un. »

Mise en place d’une agence nationale de l’orientation

« L’orientation, […] ne peut pas être seulement une orientation scolaire. Elle doit être plus largement une orientation vers l’emploi, vers le métier, de l’école à l’emploi, de l’inactivité à l’emploi », a-t-il également déclaré. Ainsi, François Bayrou souhaite la mise en place d’une agence nationale de l’orientation, « qui sera chargée, là encore, d’organiser, de fédérer le maquis, le ’souk’, le labyrinthe que représentent CIO (Centre d’information et d’orientation), BIJ (Bureau information jeunesse), PIJ (Point information jeunesse), CRIJ (Centre régional d’information jeunesse), mission locale, ANPE (Agence nationale pour l’emploi ), APEC (Association pour l’emploi des cadres ), Afpa et j’en oublie, le ’souk’ que représente l’orientation pour un jeune qui cherche son chemin ou qui n’a pas trouvé la porte d’accès à un emploi qui le satisfasse. »

Aurélie Gerlach
Article paru dans Le Quotidien de la Formation du 15 février 2012.

Mis en ligne le 15 février 2012
Publicité

catalogue 2018-2019