Marie-Christine Hervouët-Dion, directrice du Faf-PCM : “Les entreprises et les salariés garderont les mêmes interlocuteurs”

1er janvier
2011

À partir du 1er janvier 2012, le Faf-PCM (Opca de la pêche et cultures marines) aura intégré l’Agefos-PME (voir aussi notre article). Marie-Christine Hervouet-Dion, directrice du Faf-PCM, répond à nos questions.

Pourquoi avoir choisi l’Agefos-PME ?

Parce qu’il s’agit d’un Opca interprofessionnel qui a intégré des sections paritaires, respectant ainsi les cultures spécifiques professionnelles. Par ailleurs, cet Opca a entrepris de créer une filière “Mer”. L’idée d’intégrer un organisme au sein duquel existe une sensibilité maritime était importante pour nous, car nos métiers appartiennent à une culture professionnelle très forte. Ceci va permettre un échange entre les différentes branches du secteur maritime, comme le mareyage, les activités portuaires, la plaisance. Cela représente un ensemble cohérent avec ces activités qui ont une même logique, une même exigence en matière d’emploi et de formation.

Techniquement, comment va s’effectuer ce rapprochement ?

Nous ne partons pas de rien, nous avons notre savoir-faire et notre personnel. La section paritaire professionnelle gérera les modalités spécifiques de prise en charge des dossiers, et l’ensemble de notre personnel est transféré avec un contrat de travail Agefos. Les entreprises et les salariés continueront à avoir les mêmes interlocuteurs, car notre secteur est très spécifique en matière d’obligation de formation professionnelle : il existe une importante réglementation dans nos métiers en la matière, ils ne pouvant être exercés sans certaines formations. Notre personnel connais parfaitement les problématiques des cursus et travaille avec un réseau d’organismes de formation. Et il reste dans le sud de la Bretagne, dans un environnement maritime affirmé !

Qu’en est-il de votre Observatoire des métiers et des qualifications ?

Il continuera d’exister, bien sûr. C’est important, car notre branche suit les périodes de questionnements, mais aussi l’évolution psychologique des pêcheurs, en même temps que les modifications des dispositifs. L’Observatoire est, pour nous, un appui important dans la réflexion sur la formation des pêcheurs de demain.

Mis en ligne le 1er janvier 2011
Publicité

catalogue 2018-2019