Création de l’Opca Défi : questions à Bruno Couillard, directeur général de Plastifaf, et Jean-Louis Delajot, directeur de C2P

16 janvier
2011

Comment s’est déroulée la négociation aboutissant à la création de l’Opca Défi (voir aussi notre article) ?

Jean-Louis Delajot - Nous en parlions entre nous depuis quelques temps  ; nous avions dès 2007 une vision sur le rôle des Opca et les coûts structurels, nous nous interrogions déjà sur notre avenir.

Bruno Couillard - Nous réfléchissions aux compétences complémentaires de nos branches, à l’idée d’apporter plus de services, puis l’Ani a été signé et la loi votée.

J.-L. D. - C2P aurait pu continuer seul, avec ses 132 millions de collecte. Mais avant le rapport de l’Igas, nous avions déjà une certaine vision de l’avenir des Opca. Nous avons entamé une démarche méthodologique.

B. C. - Nous avons mis en place des groupes de travail paritaires qui ont réfléchi aux missions de l’Opca, à sa stratégie, à la problématique de la gouvernance à plusieurs branches, et au schéma organisationnel. Tout ce travail a abouti à la rédaction d’un cahier des charges, en septembre 2010, qui a servi de base à la négociation.

Techniquement, s’agit-il d’une fusion ou d’un rapprochement  ?

B. C. - C’est une fusion, la création d’un nouvel Opca. Nos deux organismes vont disparaître. Nous devons donc nous pencher sur le schéma organisationnel de cette fusion, sur les systèmes d’information, sur le rapprochement des personnels. Le siège actuel de C2P a été choisi pour être le siège du futur Opca Défi.

J.-L. D. - Les partenaires sociaux ont exprimé les choses clairement :
leur volonté est de créer un nouvel Opca, pas d’instaurer une fédération. Il s’agit d’une seule “entreprise”, avec une réalité économique et sociale issue de celles des deux Opca et avec des branches qui gouvernent ensemble et partagent des orientations, des projets et des moyens, mais gardent leur autonomie politique. Les partenaires sociaux sont attachés à la fois à la modernisation et à la préservation de l’emploi.

Qu’en est-il de la délégation de gestion  ?

J.-L. D. - Les partenaires sociaux du C2P ont parfaitement accepté d’abandonner la délégation de gestion avec le rapprochement.

B. C. - L’Opca Défi sera par conséquent tout à fait paritaire.

Les statuts prévoient une ouverture à d’autres branches,
quel en est l’objectif  ?

J.-L. D. - S’il y a regroupement, c’est qu’il existe une identité commune de métiers avec la ou les branches qui nous rejoignent. Le principe est le suivant  : plus nous renforçons nos liens, plus nous pouvons entreprendre d’actions.

Quel est le calendrier à venir  ?

B. C. - Nous allons déposer une demande d’agrément. En parallèle, nous avons tout à construire, avec le peu de précisions que nous avons sur les changements comptables et les frais de gestion. Comme tout le monde, nous attendons… Tout sera probablement fixé dans la convention d’objectifs et de moyens signée avec l’État.

Mis en ligne le 16 janvier 2011
Publicité

catalogue 2018-2019