Agroalimentaire : la charte pour l’emploi et la formation a favorisé la coopération entre les Opca du secteur

16 mai
2011

“Avant la signature de la charte de coopération de l’agroalimentaire, les Opca des différentes branches du secteur avaient peu de contacts. La mise en œuvre de cette charte a permis de renforcer leur coopération au niveau national et régional”, a expliqué Jean-Marie Marx, directeur général d’Agefaforia, l’Opca du secteur agroalimentaire, lors d’un colloque dressant le bilan et les perspectives de la charte de coopération du secteur agroalimentaire, qui s’est tenu le 10 mai à Paris.

Jean-Marie Marx s’exprimait en tant que dirigeant de la cellule d’animation des Opca de l’agroalimentaire, à savoir : Agefaforia, Opca 2 (coopération agricole et alimentaire), Opcad (artisanat alimentaire), Intergros (commerce interentreprises), Agefos-PME (branches de la meunerie et de l’alimentation animale).

“La charte de coopération a permis d’accompagner des entreprises de manière renforcée, a précisé Jean-Marie Marx. En contribuant à la sécurisation des parcours professionnels des salariés, elle a participé à la reconnaissance du secteur.” Un bémol : “On peut regretter que peu d’actions concernent l’illettrisme et le socle de compétences. Des actions qu’il conviendra de développer dans les années qui viennent.”

La charte a été financée à hauteur de 41 millions d’euros - un tiers par l’État, un tiers par les Opca et un tiers par les entreprises. Après une montée en puissance progressive, “ce n’est qu’au second semestre 2010 que les actions ont été à la hauteur des objectifs. 15 millions d’euros de réalisations ont été effectuées les deux premières années. Dès 2010, l’accord a été décliné dans une vingtaine de régions, l’objectif étant de l’étendre à 22 régions en 2011”, a précisé Jean-Marie Marx.

L’application de la charte a bénéficié à 5 200 salariés en 2010, dont 53 % dans des entreprises de moins de 50 salariés. Objectif : 15 000 salariés sur trois ans. 1 220 certificats de qualification professionnelle ont été déclinés par les différentes branches de l’agroalimentaire, soit une progression de 25 % par rapport à 2009.

Les organisations patronales et syndicales du secteur agroalimentaire ont signé avec l’État une charte visant notamment à développer les compétences, la qualification et l’emploi, en septembre 2009.

Mis en ligne le 16 mai 2011
Publicité

catalogue 2018-2019