L’UMP veut mettre en place « une plus grande articulation du CIF et du DIF »

5 mai
2011

« Mettre en place une plus grande articulation du CIF et du DIF ». C’est la proposition numéro 32 du parti majoritaire. « Pour couvrir des formations longues et coûteuses, il pourrait être utile, comme le souligne Gérard Cherpion dans son rapport d’information du 9 mars 2011 sur l’orientation et la formation professionnelle
tout au long de la vie, de pouvoir mobiliser cumulativement plusieurs dispositifs financiers,
notamment le DIF (le droit individuel à la formation) en complément du CIF (le congé individuel de
formation)
 », souligne le document de l’Union pour une majorité populaire.

Dans son rapport public 2009, la Cour des comptes recommandait déjà une plus grande articulation du CIF et du DIF (obligation de mobilisation du DIF en cas de demande de CIF ; création d’une portabilité limitée du CIF en cas de transition professionnelle ; fusion des dispositifs CIF-CDD et DIF-CDD), rappelle le parti.

Ce dernier propose également de créer un compte individuel formation dont le capital de départ serait inversement proportionnel au niveau de la formation initiale. « L’objectif est d’aider les moins formés. Ce compte serait la propriété de l’actif. Il lui permettrait d’investir, à travers une démarche individuelle, volontaire ou en liaison avec son entreprise, dans des actions de développement de ses compétences, afin d’assurer son « employabilité  », plaide l’UMP.

De surcroît, les salariés ou les demandeurs d’emploi pourraient être « incités à choisir des formations en fonction des besoins de l’économie ». Avantage pour l’UMP : « une formation recherchée dans le bassin d’emploi coûtera moins cher en crédit formation qu’une formation moins recherchée  ».

En direction des entreprises, l’UMP propose « d’aider les PME à renforcer leurs compétences internes via par exemple la mise en place d’un système de conventions entre grands groupes et PME avec « prêts de main
d’oeuvre », notamment des seniors des grands groupes
 ».

Cette mesure vise à « favoriser l’emploi des seniors et à créer un véritable
partenariat entre les grands groupes et les PME par le biais du prêt de main d’oeuvre, notamment des cadres en fin de carrière
 », détaille le parti présidentiel.

Lequel souhaite généraliser les formations professionnelles destinées à la transmission d’entreprises. « Il est nécessaire de mettre en place une telle formation afin de faire du repreneur de PME/TPE, un vrai
métier, de rendre la transmission des entreprises plus facile et de rendre les futurs repreneurs aptes à analyser leur projet et à connaître les éléments de gestion nécessaires
 », argumente l’UMP.
Certaines CCI dispensent déjà ce type de formation, l’UMP propose de les généraliser.

David Garcia
Article paru dans Le Quotidien de la Formation du 5 mai 2011.

Mis en ligne le 5 mai 2011
Publicité

catalogue 2018-2019