CNFPTLV - Programme de travail

1er mars
2011

Depuis sa création, le CNFPTLV a beaucoup investi pour répertorier les dépenses de “formation d’intérêt général” effectuées au niveau régional. Après plusieurs exercices expérimentaux, la démarche a abouti à la création d’un outil d’aide à la concertation. Plusieurs améliorations ont été apportées en 2010  : couverture de la quasi-totalité des régions, gain d’une année dans les délais de réalisation des travaux, consolidation des chiffres, création d’une base de données.

Finalement, les travaux du Conseil “permettent aux acteurs de mieux connaître l’effort de formation professionnelle et sa répartition par domaine de formation et par financeur, soulignent la présidence et le secrétariat général du CNFPTLV. Ils peuvent être utilisés pour examiner les conditions du financement des actions prioritaires des CPRDF, et mesurer les conséquences financières des évolutions attendues des différentes voies de formation.” Soucieux d’assurer la permanence de ces outils d’information et d’aide à la décision, plusieurs recommandations sont formulées  : notamment, la mise à disposition de cette base de données sur le site du CNFPTLV, accompagnée de l’actualisation du guide méthodologique des tableaux financiers. Deuxième recommandation  : lancée au printemps 2011, la prochaine étude devra produire des résultats pour la rentrée 2012. Le Conseil “invite toutes les Régions à participer aux travaux et à rester parties prenantes à tout nouvel exercice”.

Par ailleurs, les améliorations attendues concernent les rubriques de la formation professionnelle continue. “Elles seront conduites en lien avec les travaux de la Dares visant à refonder sa propre enquête auprès des Conseils régionaux sur la formation professionnelle et l’apprentissage. Les données financières concernant les contrats de professionnalisation seront améliorées dans le cadre du groupe Opca”, précise le secrétariat général.

Les années 2009 et 2010 étaient celles des mesures anti-crise. “Il conviendra de décider de règles communes pour la prise en compte des actions de formation lors des périodes de chômage partiel et dans les dispositifs d’accompagnement des licenciements économiques.” Enfin, la présidence et le secrétariat général plaident pour un renforcement de l’articulation entre les travaux sur les dépenses de formation et les autres missions du CNFPTLV.

Mis en ligne le 1er mars 2011
Publicité

catalogue 2018-2019