Les CPRDFP au coeur des débats du CNFPTLV hier à Toulouse

17 février
2011

C’est à Toulouse, dans les locaux du Conseil régional de Midi-Pyrénées, que s’est réuni hier en séance plénière le Conseil national de la formation professionnelle tout au long de la vie. Principal sujet abordé : les Contrats de plan régionaux de développement des formations professionnelles (CPRDFP), avec encore beaucoup d’interrogations : quel périmètre leur fixer ? Doivent–ils ou non être signés par les partenaires sociaux ? Quel niveau de concertation retenir ? Si toutes les Régions ont lancé la préparation de leur CPRDFP, l’avancée des travaux diffère grandement d’une région à l’autre. Mais toutes considèrent la date de conclusion, fixée par la loi au 1er juin, beaucoup trop proche.

« "Les débats, a expliqué au Quotidien de la formation Dominique Balmary, président du CNFPTLV, ont été en grande partie consacrés aux Contrats de plan régionaux de développement des formations professionnelles (CPRDFP). Leur préparation est déjà engagée dans toutes les régions, mais à des rythmes différents".

Premier aspect discuté : leur contenu. Quel doit être le périmètre des CPRDFP : faut-il y intégrer le schéma régional des formations sanitaires et sociales ou encore les contrats d’objectifs territoriaux ? Autre interrogation : que décider pour l’apprentissage alors qu’un projet de loi -dont on ignore encore la teneur- est annoncé prochainement. Enfin, faut-il dans les CPRDFP envisager toutes les politiques de formation professionnelle ou cibler quelques priorités seulement, ou encore trouver un équilibre entre les deux approches.

Deuxième sujet abordé, l’engagement des parties. Les partenaires sociaux doivent-ils être ou non signataires des contrats de plan ? La CFDT n’y est pas favorable. Les autres syndicats n’ont pas précisé leur position et le Medef veut d’abord voir leur contenu et les engagements de l’Etat. Par ailleurs, la question des liaisons entre les CPRPFP et le Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP) n’a pas encore de réponse.

Troisième thème de réflexion, les procédures d’élaboration. Comment fixer le niveau de concertation ? Très étendu ou au contraire plus resserré ? Midi-Pyrénées envisage par exemple de consulter le plus largement possible, y compris les citoyens sur les orientations des politiques de formation. Enfin, le délai de préparation semble à beaucoup de régions trop proche [La loi du 24 novembre 2009 prévoit une signature le 1er juin 2011, NDLR].

Par ailleurs, les futurs schémas nationaux des formations sanitaires et sociales ont été présentés aux membres du Conseil, complétés par celui prévu par la Région Midi-Pyrénées. « L’articulation des orientations nationales et des axes de travail régionaux étaient vraiment très intéressante  », relève Dominique Balmary, qui précise : « D’autant que Midi-Pyrénées, dans un contexte de pénurie, a opté pour un seul schéma, avec une logique de décloisonnement de toutes les professions du secteur, afin de faciliter la mobilité d’un métier à un autre ».

Patricia Gautier-Moulin
Article paru dans Le Quotidien de la Formation du 17 février 2011.

Mis en ligne le 17 février 2011
Publicité

catalogue 2018-2019