Champagne-Ardenne signe une charte pour décliner le service public régional d’orientation

15 septembre
2015

La foire de Châlons-en-Champagne du 4 septembre a été l’occasion de la signature de la charte du Service public régional de l’orientation (SPRO). Le document a été paraphé par la Région Champagne-Ardenne, l’État, l’académie de Reims ainsi que par l’ensemble des membres du SPRO, ainsi que les opérateurs du conseil en évolution professionnelle et les partenaires sociaux. Si cette signature s’inscrit dans la continuité de la loi du 5 mars 2014 qui a institué le SPRO, elle se situe dans le prolongement de la première conférence régionale de l’orientation en 2005 et de la première charte régionale sur ces questions signée en 2012.

Les différents partenaires ont choisi comme dénomination Service public de l’orientation en Champagne- Ardenne, dans la mesure où les centres information orientation (CIO) et le réseau Information jeunesse participent à l’initiative. « L’objectif de cette charte est de coordonner les structures signataires souhaitant constituer le Service public d’orientation en Champagne-Ardenne, en conservant leur autonomie, leur fonctionnement propre, leur spécificité statutaire et leurs missions et compétences propres », précise le premier article du document. L’article 2, de son côté, rappelle que c’est le Comité régional de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles (Crefop) qui est en charge du suivi et de la mise en œuvre des principes de cette charte et qu’à cet effet, une commission orientation a été installée en son sein.

La région découpée en quinze zones

Ce sont des groupements territoriaux qui coordonneront et animeront le SPO dans la région, découpée en quinze circonscriptions qui correspondent aux zones Pôle emploi. Ils devront organiser des réunions régulières, relayer les décisions prises à l’échelle régionale et assurer leur déclinaison locale, mais aussi développer et diffuser les offres de service des membres du SPO ou encore mener des actions d’évaluation sur les politiques engagées.

La charte pose plusieurs principes et fixe plusieurs actions, comme la lutte contre le décrochage scolaire ou la mise en œuvre d’une réponse homogène sur l’offre de service. Il s’agit également d’adapter l’accueil du public en fonction des contraintes et règles statutaires de chacun des partenaires, ou encore, d’utiliser et mettre à jour le guide des acteurs du SPRO, comme de participer à la professionnalisation et aux échanges sur les pratiques. Cette charte est signée pour un an et est reconductible tacitement, elle fera par ailleurs l’objet d’un bilan annuel qui sera présenté et soumis à l’avis du Crefop. Il s’agira notamment de mesurer la valeur ajoutée du service sur les modalités d’accueil, les échanges de pratiques ou encore la satisfaction du public.

Cédric Morin
Article paru dans Le Quotidien de la Formation du 11 septembre 2015.

Mis en ligne le 15 septembre 2015
Publicité

catalogue 2018-2019