2 380 certifications éligibles au Compte personnel de formation (V3 de la liste nationale interprofessionnelle)

5 juin
2015

2 380. C’est le nombre de certifications inscrites à ce jour dans la troisième version (v3) de la liste nationale interprofessionnelle adoptée mardi 26 mai lors d’un bureau du comité paritaire interprofessionnel national pour l’emploi et la formation (lire).

Plus de 400 nouvelles par rapport à la version 2 (v2) qui en comptait déjà 1976. Plus de deux tiers ont été inscrites à la demande des 75 commissions paritaires nationales de l’emploi (CPNE). En cumulant les travaux dans les branches les organisations patronales et syndicales ont évalué à 16 millions de salariés du secteur privé (85 %) pouvant bénéficier d’une certification éligible au compte personnel formation et en lien avec leur secteur d’activité.

Dans le détail, la liste nationale a été enrichie à tous les niveaux de qualification. Notons une part à peu près égale entre les certifications de niveau V et IV réunis et celles des niveaux I, II et III. La part des CQP [1] délivrés par la branche s’est, elle aussi, étoffée, principalement dans la métallurgie qui représente la moitié des certifications ajoutées.

Les partenaires sociaux poursuivent également les travaux d’accompagnement des CPNE. Aujourd’hui, une soixantaine a été identifiée comme n’ayant encore aucune liste de branche ou demande d’inscription sur la liste nationale interprofessionnelle. En parallèle, le Copanef et les Coparef réfléchissent depuis plusieurs mois à une articulation cohérente entre les différentes listes. Un rapport du Cabinet Bouteille a été remis à cette fin le 12 mai au comité national préconisant des axes de travail pour améliorer l’élaboration des listes. Il suggère la mise en place d’un espace plus collaboratif pour permettre les échanges de bonnes pratiques entre le national, les régions et les branches. Pour parvenir à cet objectif, l’un des axes vise à apporter des informations sur le contenu plus transparentes entre les différentes instances. Une fluidification des circuits qui va tendre à faciliter les demandes émergentes de retrait de certifications sur la liste nationale. En effet, « certaines certifications ne correspondent pas aux besoins prioritaires sur les territoires, or il faut concentrer les moyens sur les plus utiles » comme le précise le document.

Prochain rendez-vous au Cnefop le 9 juin pour la présentation de cette version enrichie.

Célia Coste
Article paru dans Le Quotidien de la Formation du 1er juin 2015.

[1Certificat des qualifications professionnelles

Mis en ligne le 5 juin 2015
Publicité

catalogue 2018-2019