Le président du Copanef prône patience et persévérance pour faire réussir la réforme (Réunion Opca-Copanef-FPSPP)

19 mai
2015

Opca, Comité paritaire interprofessionnel national pour l’emploi et la formation (Copanef) et Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (Fpspp) se sont rencontrés ce lundi 4 mai lors d’une réunion au ministère afin de faire le point sur l’avancée de la mise en place des dispositifs introduits par la loi du 5 mars. Au programme de la journée, bilan sur l’état d’avancement des dispositifs compte personnel de formation et contrat de sécurisation des parcours et présentation des objectifs de la démarche de simplification et de la qualité de la formation.

Dans ces temps troublés par les questionnements des organismes collecteurs et des organismes de formation qui, face aux bouleversements induits par la mise en œuvre de la loi, se trouvent pour certains dans des situations difficiles et pétries d’inquiétudes sur leur avenir sur l’alerte lancée par la Fédération de la formation professionnelle et il était temps pour les partenaires sociaux de trouver les mots d’apaisement.

Pas question pour Christian Janin, président du Copanef, de pencher en faveur d’un discours d’échec annoncé de la réforme. L’heure est venue, selon lui, de mettre les bouchées doubles en ce qui concerne la communication, l’explication et l’accompagnement des salariés, des entreprises et des organismes de formations. « Il est normal qu’au bout de quatre mois, la réforme n’apporte pas encore les effets escomptés. Le ministre nous a d’ailleurs conforté sur ce point en affirmant qu’il était hors de question de faire machine arrière ». Il prône à ce titre patience et persévérance afin de mener à bien les travaux à des prochains mois pour réussir la réforme.

Le temps d’échange aura au moins eu le mérite de poser les difficultés et d’esquisser les chantiers à venir avec les Opca. « Tous les sujets ont été abordés pour essayer d’avancer au plus vite avec les uns et les autres. Nous avons également lancé des groupes de travail sur la qualité et l’évaluation afin de mutualiser les contributions de chacun pour que personne ne travaille seul dans son coin. ». Si le CPF demeure le dispositif pivot de la réforme, le président du Copanef n’a pas manqué de rappeler qu’il ne fallait pas se focaliser exclusivement sur lui. « Evidemment, les Opca doivent améliorer la prise en charge au titre du compte personnel. Mais le CPF n’est pas devenu le seul dispositif de formation professionnel des personnes ! ».

Célia Coste
Article paru dans Le Quotidien de la Formation du 5 mai 2015.

Mis en ligne le 19 mai 2015
Publicité

catalogue 2018-2019