Le système d’information de l’inventaire des certifications et habilitations est ouvert (CNCP)

2 avril
2015

C’est le 17 mars 2015 que la Commission nationale de la certification professionnelle (CNCP) a annoncé l’ouverture de l’inventaire des certifications et des habilitations (voir notre article). Accessible sans mot de passe, le système d’information permet tout autant de formuler des requêtes que de déposer sa demande de recensement à l’inventaire.

Une recherche multi-critères

Accessible à tous publics, l’interface propose huit champs de recherche pour l’accès aux fiches : intitulé, mot(s) clé(s), domaine, catégorie [1], code NSF [2], code ROME [3], code NAF [4] et Formacode [5]
Autant de catégories qui sont rarement connues du grand public et qui font que l’outil s’adresse avant tout, la CNCP le précise, aux « publics possédant déjà un minimum de connaissances du marché de l’emploi et qui souhaitent s’informer sur les conditions d’exercice d’un métier ou sur les certifications permettant de favoriser une mobilité ».
En cas de résultat positif, une liste des certifications en rapport avec la recherche est alors proposée, assortie d’une information de synthèse. Ne reste alors qu’à cliquer sur la certification de son choix pour accéder à la fiche Inventaire. À noter qu’aucune fiche n’était encore disponible lors de notre consultation.

Un dépôt de demande entièrement dématérialisé

Pour les professionnels, le système d’information développé par la CNCP permet de dématérialiser entièrement le processus qualité qui conduit au recensement à l’inventaire. Ainsi, chaque demande génère un « projet de fiche », qui sera évalué puis examiné en commission plénière de la CNCP. Dès lors et « en cas de décision favorable, la fiche définitive est automatiquement générée à partir d’une partie des éléments saisis dans la demande de recensement et ce sans nouvelle saisie ».

Alors que l’intérêt de l’inventaire est fortement lié au compte personnel de formation (CPF), la CNCP souligne « qu’une certification recensée à l’inventaire n’est pas obligatoirement et automatiquement portée sur une liste éligible au CPF ». Et de rappeler que la responsabilité en revient aux acteurs nommés par la loi : le Copanef [6], les Coparef [7], les CPNE [8].

Nicolas Deguerry
Article paru dans Le Quotidien de la Formation du 20 mars 2015.

[1Il s’agit ici des différentes catégories de certifications ou habilitations : celles obéissant à une norme réglementaire (A) ou à une norme de marché(s) (B), ainsi que celles utiles économiquement et socialement mais ne pouvant être considérées comme obéissant à une norme (C).

[2La nomenclature des spécialités de formation (NSF) a pour vocation de couvrir l’ensemble des formations, quel qu’en soit le niveau (source : Insee).

[3Le répertoire opérationnel des métiers et des emplois (ROME), est l’outil utilisé par Pôle emploi pour classer les différentes activités professionnelles et les présenter dans plus de 500 fiches regroupant plus de 10 000 appellations différentes de métiers et emplois (voir www.pole-emploi.fr/).

[4La nomenclature d’activités française (NAF), permet d’identifier l’activité principale exercée dans l’entreprise ou l’association (voir http://recherche-naf.insee.fr/).

[5Développé par Centre Inffo, le Formacode est un thesaurus de l’offre de formation qui permet d’indexer les domaines de formations mais aussi les publics, les moyens et méthodes pédagogiques, les types de certifications... ; de gérer des bases de données sur l’offre de formation ; d’explorer plus facilement des bases de données sur la formation et d’établir un carrefour entre les nomenclatures "emplois" et "formations" (voir http://formacode.centre-inffo.fr/.)

[6Comité paritaire interprofessionnel national pour l’emploi et la formation.

[7Comité paritaire interprofessionnel régional pour l’emploi et la formation.

[8Commissions paritaires nationales pour l’emploi.

Mis en ligne le 2 avril 2015
Publicité

catalogue 2018-2019