Les "passerelles vers la qualification" proposées par les régions ne figureront pas dans le socle de compétences et de connaissances

19 décembre
2014

Examiné mardi 16 décembre en séance plénière par le Conseil national de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles (Cnefop), le projet de décret relatif au « socle de compétences et de connaissances » a reçu un avis favorable de l’instance.

À la demande des régions, un groupe de travail devrait cependant étudier les possibilités d’associer à ce socle un ensemble de "passerelles vers la qualification" accessibles aux publics de niveau inférieur au CAP.

Au sortir de cette plénière où était débattue la question du « socle de compétences et de connaissances professionnelles » (ce « portefeuille de savoirs fondamentaux » qu’un individu est tenu de maîtriser afin de favoriser son insertion professionnelle et son accès à la formation), les régions s’avouaient partagées entre satisfaction et déception. « Satisfaction de voir ce socle reconnu comme un droit opposable faisant désormais l’objet d’une certification. Déception parce que nous ne sommes pas parvenus à convaincre les partenaires sociaux d’y intégrer un certain nombre de modules de "pré-qualification" à destination des publics les moins qualifiés afin de leur permettre d’accéder à une première passerelle vers la qualification » expliquait Pascale Gérard, vice-présidente de l’Association des régions de France (ARF) à l’issue de cette séance de travail.

Un socle distinct de celui de l’Éducation nationale

Dans sa rédaction, le projet de décret recensait 7 aptitudes définissant ce socle de compétences minimales : communiquer en français ; utiliser les règles de base de calcul et du raisonnement mathématique ; utiliser les techniques usuelles de l’information et de la communication numérique ; savoir travailler dans le cadre de règles définies d’un travail en équipe ; savoir travailler en autonomie et à réaliser un objectif individuel ; disposer de la capacité « d’apprendre à apprendre » tout au long de la vie et maîtriser les gestes et postures et le respect des règles d’hygiène, de sécurité et environnementales élémentaires. Autant de "connaissances de base" susceptibles d’être acquises par le biais du compte personnel de formation (CPF) qui avaient nourri le débat (déjà entre régions et partenaires sociaux) lors des réunions de la concertation quadripartite à laquelle le Cnefop a succédé … et où les débats se sont prolongés. « Pour les uns, le texte proposait un socle trop éloigné de celui de l’Éducation nationale ; pour les autres, il s’en rapprochait trop » observait Franck Mikula, secrétaire national emploi-formation à la CFE-CGC, organisation qui aurait apprécié voir un module consacré à la connaissance de la vie des entreprises intégrée au socle, mais dont la position finale s’est alignée sur celle des autres partenaires sociaux. « C’est une bonne chose de ne pas avoir créé de confusion entre ce socle et celui inscrit dans le Code de l’Éducation » notait pour sa part Jean-Marie Truffat, secrétaire national chargé de la formation à l’Unsa, qui regrette toutefois son adossement à l’inventaire des certifications et habilitations. La FSU, quant à elle, a exprimé un avis défavorable envers ce texte.

Des passerelles possibles via la lutte contre l’illettrisme

« L’obstination des partenaires sociaux dans leur refus d’intégrer cette passerelle de compétences au socle est incompréhensible » soulignait Pascale Gérard. Des partenaires sociaux qui, de leur côté jugent que le socle n’a pas vocation à apporter cette pré-qualification. « La pré-qualification est un objet de débat, mais ce n’est pas au socle de la régler » tranchait Christian Janin, vice-président CFDT du Cnefop. Pas de passerelle, donc, mais une main tendue de la DGEFP sous la forme d’un groupe de travail chargé d’étudier les possibilités, pour les régions, d’y intégrer les actions qu’elles financent au titre de la lutte contre l’illettrisme, sujet sur sur lequel les conseils régionaux auront pleine compétence dès le 1er janvier 2015.

Benjamin d’Alguerre
Article paru dans Le Quotidien de la Formation du 18 décembre 2014.

Mis en ligne le 19 décembre 2014
Publicité

catalogue 2018-2019