3 : Les principes et les modalités de mise en œuvre du conseil en évolution professionnelle

3. Les principes et les modalités de mise en œuvre du conseil en évolution professionnelle

3.1. Les principes de mise en œuvre du conseil en évolution professionnelle

Le conseil en évolution professionnelle est mis en œuvre dans le respect des principes de service public.
Les opérateurs CEP doivent garantir l’égalité d’accès des actifs au conseil en évolution professionnelle.
A cet effet, l’offre de services du conseil en évolution professionnelle est gratuite pour le bénéficiaire. Elle doit être compréhensible et accessible, quels que soient les publics et leurs bassins de vie et d’emploi.
Elle est ainsi présentée dans un langage et des supports intelligibles et organisée en proximité des bassins de vie, d’emploi, et des moyens de transport ainsi que dans des locaux adaptés aux publics reçus, en tenant compte de leurs contraintes de vie et de mobilité (ex. : personne en situation de handicap).
Ils appliquent le principe de neutralité.
Le conseil en évolution professionnelle est délivré pour les salariés en dehors de l’entreprise et pour tous les bénéficiaire dans un espace préservant leur anonymat.
Ils assurent un continuum de service afin de permettre aux personnes en cas de changement de situation ou d’opérateur CEP de bénéficier d’une continuité dans l’accompagnement de la mise en œuvre du projet professionnel. Des outils de liaison entre les opérateurs CEP sont à cette fin mis en place.
Ils mobilisent l’offre de services du conseil en évolution professionnelle selon les besoins des bénéficiaires.
L’offre de services en conseil en évolution professionnelle proposée par le conseiller au bénéficiaire tient compte de la situation du bénéficiaire, de ses contraintes notamment familiales et de son degré d’autonomie (ex. : difficultés d’apprentissage ; personnes en situation de longue maladie, d’inaptitude ou de handicap).
A ce titre, le conseiller détermine avec lui les modalités d’accompagnement personnalisé, répondant à ses besoins et à son projet d’évolution professionnelle, articulant informations, entretiens individuels, ateliers collectifs, voire mobilisation de prestations.

3.2. Les modalités de mise en œuvre du conseil en évolution professionnelle

3.2.1. L’individualisation de l’offre de services

Les services dispensés dans le cadre du conseil en évolution professionnelle sont individualisés.
L’offre de services proposée à la personne est adaptée à ses contraintes d’organisation professionnelle et personnelle, notamment lorsque cette dernière est salariée.
Le cas échéant, afin de tenir compte des nécessités d’organisation de l’opérateur et selon l’objet même du service visé, des segments de l’offre de service peuvent être délivrés dans un cadre collectif.
Dans ce cas, le service est dispensé au sein d’un groupe en nombre restreint de bénéficiaires CEP permettant un suivi individualisé.

3.2.2. La proposition d’une offre de services à distance

Les services du conseil en évolution professionnelle sont délivrés en mode présentiel.
Toutefois, en fonction de la nature du service, du souhait et de l’autonomie de la personne, des services peuvent également être dispensés à distance (téléphone ou informatique). Ces services répondent alors aux mêmes exigences que ceux délivrés en présentiel, notamment en termes de suivi et de remise au bénéficiaire du CEP d’un document formalisé sur le modèle mentionné au paragraphe 1.3.
Cette modalité implique, en outre, toutes sécurités suffisantes pour garantir la confidentialité du conseil en évolution professionnelle.

3.2.3. Le recours à des prestations externes

L’offre de services du conseil en évolution professionnelle est délivrée par les opérateurs CEP.
Ces opérateurs peuvent toutefois recourir à des prestations externes en appui du processus de définition et de mise en œuvre du projet d’évolution professionnelle (ex. : le bilan de compétences ou encore les prestations d’accompagnement, d’information et de conseil dispensées aux créateurs ou repreneurs d’entreprises, prévus à l’article L. 6323-1 du code du travail).
De ce cas, l’opérateur CEP est garant de la qualité du service rendu par le prestataire externe et veille au respect des principes de service public inscrit au 3.1 du présent cahier des charges. En outre, il reste responsable du suivi et de l’accompagnement du bénéficiaire pendant le déroulement de la prestation.
Les attendus de la prestation font l’objet d’un échange entre le conseiller et le bénéficiaire.

3.2.4. Les équipes en charge du conseil en évolution professionnelle

La qualité du service rendu au bénéficiaire du conseil repose sur la capacité des professionnels à répondre à la diversité des besoins exprimés par les publics potentiels du conseil en évolution professionnelle et de leurs projets, conduits dans un environnement socio-économique complexe. Elle implique que ces professionnels soient en capacité d’exercer les missions nécessaires au processus d’appui à la personne et son projet, respectent une éthique professionnelle, satisfassent à l’obligation d’actualiser leurs compétences.

Les missions du conseiller en évolution professionnelle

Le conseiller doit être en capacité :
- de dresser un état des lieux des atouts de la personne, de ses motivations et de ses capacités d’adaptation ;
- d’expliciter les objectifs poursuivis, d’identifier et d’ajuster avec la personne la stratégie envisagée ;
- de conseiller la personne dans sa démarche pour élaborer ou conforter son projet professionnel ;
- de l’aider à capitaliser sur l’expérience de la conduite de son projet ;
- de mobiliser toute mesure ou partenaire afin de prévenir et de réguler les éventuelles difficultés.

La posture du conseiller en évolution professionnelle

La délivrance du conseil en évolution professionnelle implique une posture singulière du conseiller à l’égard de la personne qui sollicite ses services. Il s’agit d’une posture de facilitateur qui repose sur la capacité de celui-ci à être à l’écoute et à soutenir la personne dans le processus d’appui à la définition et à la réalisation de son projet.
Dans l’exercice de ses fonctions, le conseiller doit en particulier adopter une posture qui permet de respecter :
- l’impartialité : il se doit d’être objectif et de ne pas porter de jugement personnel sur le projet d’évolution professionnelle du bénéficiaire ;
- la confidentialité : il est tenu à la discrétion professionnelle. Il ne peut pas, sans le consentement du bénéficiaire, divulguer les informations personnelles qui lui sont communiquées au cours des entretiens ;
- l’initiative de la personne : il est appelé à soutenir la personne dans ses démarches mais, en aucun cas, imposer ni une stratégie ou un plan d’actions non retenu par le bénéficiaire du CEP, ni le choix d’un organisme de formation ou d’un prestataire de services. La personne reste libre de ses choix, de solliciter un conseil en évolution professionnelle, de mettre en œuvre son projet, et des modalités de son accompagnement.
Le conseiller porte une attention particulière aux publics les plus fragiles.
La professionnalisation des équipes en charge de l’offre de services du conseil en évolution professionnelle
Les opérateurs CEP s’engagent à conduire des actions de professionnalisation de leurs personnels par l’intermédiaire de leurs moyens internes au regard du présent cahier des charges.
Dans le cadre des politiques d’emploi, d’orientation et de formation professionnelles, les opérateurs CEP pourront être amenés à participer aux actions de promotion et d’information organisées à l’initiative des pouvoirs publics

Mis en ligne le 22 août 2014
Publicité

catalogue 2018-2019