« La mise en place effective du compte personnel formation, prochaine étape » (CFTC)

26 juin
2014

Alors que les différents acteurs de la formation professionnelle échangent encore sur les projets de décret [1], Jean-Pierre Therry, secrétaire confédéral CFTC en charge de la formation professionnelle, réfléchit déjà à la prochaine étape.

« Pour le compte personnel de formation, il convient d’organiser au plus vite son application effective avant sa mise en place le 1er janvier 2015. Pour ce faire, nous devons essayer de regarder ce qui se passe une fois les décrets sortis afin d’organiser des simulations et de mettre en route en amont le dispositif. » Autre interrogation de la part de la CFTC : qui va bénéficier du compte personnel formation durant les premières années ? « Nous souhaitons que les publics prioritaires, tels que les demandeurs d’emploi ou encore les jeunes sans qualification, soient ciblés prioritairement. Le problème aujourd’hui, c’est qu’aucun budget spécifique n’est alloué à cela. C’est dans le sens d’un financement dédié que vont nos revendications. »

Pour lui, pas question de relâcher les efforts au niveau des discussions entre les partenaires sociaux, l’Etat et les Régions. « Le groupe quadripartite qui se réunit pour la quatrième fois ce mercredi 11 juin doit impérativement continuer à travailler après la mise en place effective du compte personnel de formation. Il faudrait que nous puissions nous réunir pendant encore un ou deux ans afin de suivre l’avancée pratique sur le terrain et essayer d’introduire des ajustements si nécessaire. »

Une information accrue sur les dispositifs

Jean-Pierre Therry compte également mettre les bouchées doubles pour faire en sorte que la communication autour des dispositifs soit renforcée. Une condition essentielle, selon lui, pour que les entreprises et les salariés s’emparent du compte personnel de formation. « J’ai beaucoup insisté dans les négociations pour dire que lors du premier entretien dans le cadre du conseil en évolution professionnelle mais aussi lors de l’entretien professionnel [2], il faudra impérativement porter à la connaissance du salarié l’existence de tous les outils auxquels il peut faire appel. »

Le secrétaire confédéral souhaite que les collectivités territoriales prennent toute leur place dans ce rôle de transmission des informations. « Une unité au niveau des Régions s’impose pour qu’elles communiquent au mieux auprès des entreprises, notamment pour les plus petites d’entre elles. On pourrait imaginer, par exemple, la mise en place de forums autour de la nouvelle loi adressés aux employeurs. Cette réforme sociétale ne pourra pas se mettre en place du jour au lendemain sans un travail de ce type en amont. »

Apprentissage : « arrêter l’hémorragie »

En ce qui concerne l’apprentissage, si le secrétaire confédéral de la CFTC est plutôt satisfait du texte de loi et du projet de décret, il s’inquiète de l’avenir de ce contrat l’alternance. « Le principal sujet, au-delà du financement, c’est l’avenir du contrat d’apprentissage. La première chose à faire : arrêter l’hémorragie ! Nous devons faire en sorte d’inverser la courbe descendante de l’apprentissage dès la rentrée 2014 –2015. »

Célia Coste
Article paru dans Le Quotidien de la Formation du 11 juin 2014.

[1Voir nos différents articles sur les projets de décret, apprentissage, compte personnel formation, Cnefop, formation à distance, FPSPP.

[2L’article 2 de la loi du 5 mars 2014 prévoit que tous les deux ans, le salarié a droit à un entretien professionnel consacré à ses
perspectives d’évolution professionnelle.

Mis en ligne le 26 juin 2014
Publicité

catalogue 2018-2019