Le compte personnel de formation lancé le 1er janvier 2015 comme prévu, assure la DGEFP

24 avril
2014

La déléguée générale à l’emploi et à la formation professionnelle, Emmanuelle Wargon, a réitéré que le compte personnel de formation entrera en vigueur le 1er janvier 2015, dans un entretien accordé au Quotidien de la formation.

Interrogée par Centre Inffo, la déléguée a précisé ses propos relatifs au calendrier de mise en oeuvre du CPF, tenus lors d’un colloque organisé par Opcalia vendredi 11 avril. Emmanuelle Wargon récuse l’interprétation selon laquelle elle aurait affirmé que le compte personnel de formation ne démarrerait pas comme prévu, au 1er janvier 2015.

« Le compte personnel de formation est un projet lourd et ambitieux, fondé sur un système d’information piloté par la DGEFP en partenariat avec la Caisse des dépôts et consignation. Nous mettons tout en œuvre pour que l’ouverture des comptes soit effective au 1er janvier 2015 et que le versement des droits se fasse dès 2015. Mais ce projet complexe est à l’intersection d’un système d’information et des questions d’organisation des acteurs. Nous sommes outillés pour atteindre l’objectif, même s’il reste toujours une marge d’incertitude dans ce type de projet. La capacité de la Caisse des dépôts à résoudre les questions techniques n’est pas un facteur d’inquiétude pour moi. En revanche, nous nous posons beaucoup de questions relatives à l’accès au compte, ou sur son fonctionnement que nous devons trancher. Ce type de questionnement est classique pour tout projet complexe, et à ce stade nous sommes dans les temps pour être prêts au 1er janvier 2015. »

De son côté, Christian Janin, secrétaire confédéral de la CFDT interrogé par le Quotidien de la formation , ne perçoit aucune annonce quant à un hypothétique retard de la mise en œuvre du CPF, mais juste « une adresse aux partenaires sociaux à presser le pas pour que, justement, ce nouveau droit devienne effectif comme prévu » alors que la CFE-CGC affirme, par la voix de sa déléguée nationale emploi-formation Dominique Jeuffrault que son syndicat « avance avec l’Igas sur la détermination de ces listes avec en tête l’échéance du 1er janvier 2015 en tête » tout en reconnaissant les problèmes techniques rencontrés par la direction des retraites et des solidarités – le département de la CDC gestionnaire, notamment, des retraites des agents de la fonction publique et actuellement en charge de créer les comptes formation – pour assurer leur mission dans les temps impartis. « C’est une vraie révolution que de mettre en place un tel service dématérialisé d’information dédié, équivalent à l’instauration du permis à points » décrypte Dominique Jeuffrault.

"Le CPF ne doit pas devenir une arlésienne"

En revanche, la CGT, elle, appelle les pouvoirs publics à se donner les moyens d’aboutir dans les temps. Pour Paul Desaigues, conseiller confédéral au sein de la Centrale de Montreuil, la complexité technique ne saurait être une excuse au retard de la mise en œuvre du CPF, en dépit de la charge de travail considérable que ce chantier représente pour la Caisse des dépôts. « Lorsque l’on veut couvrir informatiquement les jeux Olympiques, on ne peut pas proposer de les décaler ! » souligne-t-il. Quant à l’élaboration des listes – là encore chantier considérable – il ne juge pas l’exercice ardu au point de justifier un report ultérieur à la date prévue. « Entre les titres, diplômes, et CQP enregistrés au RNCP d’un côté et le plan de formation régional à destination des demandeurs d’emploi, de l’autre, les éléments majeurs et fondateurs sont déjà là. Et si jamais ces listes n’étaient pas achevées à temps, ce ne serait pas grave : on aurait une période pendant laquelle le CPF ne serait éligible qu’à ce qui existe, or, il y a une telle masse qu’on peut commencer ». Et de regretter que le compte personnel puisse devenir « une arlésienne pour les demandeurs d’emploi et les salariés ».

Béatrice Delamer et Benjamin d’Alguerre
Article paru dans Le Quotidien de la Formation du 17 avril 2014.

Mis en ligne le 24 avril 2014
Publicité

catalogue 2018-2019