Picardie : les acteurs loin de penser à un emballement frénétique des salariés pour le compte personnel de formation (CPF)

23 avril
2014

« La liste des formations éligibles au compte personnel de formation (CPF) fait figure de liste à la Prévert colossale. Rappelons qu’il existe 17 000 formations inscrites au RNCP (répertoire national des certifications professionnelles) mais celui-ci ne sera pas repris dans son intégralité. En outre, il y aussi les formations qualifiantes des branches professionnelles. La mise en place de cet outil et de son alimentation est énorme ».

Hervé Dallongeville, directeur régional d’Agefos-PME Nord Picardie, a apporté des éléments de réponses au sujet de la réforme de la formation 2014. Il animait, le 15 avril, avec Frank Savann, président de l’Alliance locale de compétences et de formations (ALCF) [1] une conférence organisée à l’Université de technologie de Compiègne (Oise). Objectif : informer les professionnels (entreprises, organismes de formation...) et décrypter la réforme pour mieux en comprendre les enjeux autour de trois points clés (le CPF, l’entretien professionnel, et le financement de la formation), dans l’attente des décrets d’application de la loi du 5 mars 2014.

«  En tant qu’Opca, nous allons fournir la liste des formations les plus couramment déployées dans les branches professionnelles et financées par elles pour alimenter les listes de formations éligibles au CPF qui seront différentes d’une région à l’autre en fonction des spécificités locales », a poursuivi Hervé Dallongeville. De son côté, Frank Savann a souligné un « point important » : «  Dans ces listes n’apparaît pas le bilan de compétences compte tenu, et c’est l’analyse que nous pouvons faire, de la création du conseil en évolution professionnelle dont tout personne (salarié, demandeur d’emploi) peut bénéficier à titre gratuit. Ce conseil devra être développé par Pôle emploi, les missions locales, les Cap emploi, l’Apec, et les Fongecif, plus un acteur régional nommé à l’échelle régionale ».

Dans la salle, les interrogations ne manquent pas : « Est-ce que le CPF va entraîner un changement de comportement des salariés par rapport au droit individuel de la formation (Dif) ? ». «  Quand le Dif a été initié, répond Frank Savann, il y a eu une crainte des entreprises sur le plan budgétaire mais finalement sans conséquences. Un milliard d’euros sera consacré au CPF. Cependant, il y a surtout de la part des entreprises un travail de communication et de pédagogie, mais aussi de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC), à réaliser sur le CPF. A ce titre, le plan de formation devra être adossé à des politiques de GPEC. Cela dit, nous ne pensons pas à un emballement frénétique des salariés pour le CPF ».

Autre remarque : « Toutes les formations ne sont pas qualifiantes dans le cadre d’une évolution professionnelle ». «  L’entreprise devra, a indiqué Hervé Dallongeville, avoir une approche sur les actions non qualifiantes, donc payer la formation à sa juste valeur, en mobilisant ses capitaux propres ». Au sujet de l’entretien professionnel à réaliser avant le 8 mars 2016 (tous les deux ans, et état des lieux récapitulatif écrit du parcours professionnel du salarié tous les six ans), une question faisait référence aux petites entreprises : « Ont-elles le temps de gérer les évolutions de carrière ? ». « En tant qu’Opca, nous réfléchissons à un outillage facilitateur pour les chefs d’entreprise car ces derniers ont des comptes à rendre », a déclaré Hervé Dallongeville. «  Nous réfléchissons également à un accompagnement mais cela reste difficile à mettre en œuvre ».

Enfin, l’ALCF a mené une enquête en ligne (site de l’ALCF) auprès des organismes de formation territoriaux (25 ont répondu). À la question «  La réforme va-t-elle vous amener à restructurer votre offre ? », cinq organismes ont déclaré n’être pas concernés, sept ont répondu « oui, dans d’autres domaines », neuf «  oui, davantage vers les actions qualifiantes », et quatre « non, nos actions sont déjà qualifiantes ».

Philippe Grandin
Article paru dans Le Quotidien de la Formation du 16 avril 2014.

[1Association dont la vocation est d’être un espace de rencontres, d’échanges et de travail, pour les organismes de formation actifs dans l’Oise.

Mis en ligne le 23 avril 2014
Publicité

catalogue 2018-2019