La loi ne permet pas des parcours linéaires pour Jean-Paul Denanot, (Association des Régions de France)

9 juillet
2009

Jean-Paul Denanot, président de la commission formation à l’Association des régions de France (ARF) a estimé que « si le projet de loi en reste là, ce sera un rendez-vous raté vis-à-vis de la réforme » lors d’une table ronde organisée par l’Association des journalistes de l’information sociale (Ajis) une semaine avant l’examen du texte par l’Assemblée nationale.

Ne retrouvant pas certains sujets sur lesquels les négociateurs avaient avancés, il s’est demandé si le projet n’avait pas été rédigé d’avance. Il a déploré que tout ait été mis en œuvre « pour rendre l’État plus prégnant sur la formation professionnelle » et que l’animation régionale et le non transfert des psychologues de l’Afpa vers Pôle emploi n’aient pas été négociables avec Laurent Wauquiez « rien ne l’est et je crains que rien ne le soit » a-t-il regretté, ajoutant qu’on risquait d’avoir « un situation balkanisée des financeurs » .

« On voulait des parcours linéaires et je crains que la loi ne le permette pas » a estimé le président du Conseil régional du Limousin, précisant que les partenaires sociaux et les Régions allaient néanmoins travailler ensemble pour pouvoir mette en cohérence les parcours « mais la loi ne nous aide pas ».

Autre sujet de discorde, le plan régional de développement des formations (PRDF) « qui en a pris un coup ». Alors que les Régions le voulaient prescriptif, il doit être maintenant signé par le président du Conseil régional et le préfet de région candidates : « Ce n’est pas en redonnant la main à l’État qu’on va résoudre le problème » il a rappelé que l’échelon régional était pertinent dans le cas de la mobilité des salariés, qui, perdant leur emploi, préfèrent exercer une autre profession dans leur propre région.

« Là on a raté la marche de l’orientation, de la formation initiale différée, du PRDF et de la gouvernance. Ça fait beaucoup pour une loi qui a recueilli 21 voix contre, 16 abstentions et 7 voix pour, les représentants de l’État, lors de son passage au Conseil national de la formation professionnelle tout au long de la vie (CNFPTLV) » a-t-il jugé.

Béatrice Delamer
Article paru dans Le Quotidien de la Formation du 9 juillet 2009.

Mis en ligne le 9 juillet 2009
Publicité

catalogue 2018-2019