Gouvernance de la formation : Jean-François Pilliard (UIMM) compte sur les parlementaires pour clarifier les rôles

9 juillet
2009

Jean-François Pilliard, délégué général de l’Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM) s’est félicité mardi 8 juillet lors d’une table ronde organisée par l’Association des journalistes de l’information sociale (Ajis) sur la réforme de la formation professionnelle, de la qualité des négociations « On est arrivé à un accord équilibré, où on s’est attaché à développer les qualifications des salariés et à apporter notre contributions aux moins qualifiés et aux demandeurs d’emploi »

Les partenaires sociaux ont pour lui fait un pas en ce qui concerne la gouvernance en créant le Conseil paritaire national d’évaluation de la formation [1]« Peut-être un conseil supplémentaire, mais c’est symbolique de la part des partenaires sociaux de suivre les politiques de formation et on a décidé qu’il serait présidé par une personnalité extérieure. »

L’ex-chef de file de la négociation regrette que sur la simplification du système « il reste encore beaucoup à faire ». De même sur la gouvernance : « Il est normal que l’État ait des leviers en matière de formation, mais les Régions ont leur rôle à jouer. On verra avec le débat parlementaire ce qui en sortira » a-t-il indiqué.

Concernant le Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP), il a insisté : « On est dans un cadre de contractualisation avec l’État. On n’est pas dans une captation entre 5 % et 13 % sur les 6 milliards d’euros [2]. Pour nous le FPSPP est un fonds qui est un moyen au service des politiques qui se décide de manière contractuelle. » sur ce sujet aussi, il attend les résultats du débat parlementaire.

Mais le point sensible reste en amont : « Tant qu’on ne touchera pas au système de formation initiale, incluant le système d’orientation, on continuera à dépenser de l’argent indu de la formation continue. La frustration vient d’abord du fait que l’on n’a toujours pas revisité les fondations du système, à savoir la formation initiale et l’orientation »

Béatrice Delamer
Article paru dans Le Quotidien de la Formation du 9 juillet 2009.

[1Le Conseil paritaire national d’évaluation de la formation pour mission d’évaluer les politiques paritaires de formation professionnelle, de mesurer le niveau de formation des publics concernés, en particulier la maîtrise du socle de compétences, d’évaluer la satisfaction des entreprises et des différents publics bénéficiaires.

[2Correspondant à la contribution des entreprises au financement de la formation professionnelle, NDLR

Mis en ligne le 9 juillet 2009
Publicité

catalogue 2018-2019