"La labellisation, j’y tiens personnellement", déclare Jean-Paul Anciaux

16 juin
2009

Jean-Paul Anciaux, député UMP de Saône et Loire, rapporteur pour avis de la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale sur le projet de loi relatif à l’orientation et à la formation professionnelle tout au long de la vie a participé au séminaire organisé par le conseil d’administration du Centre Inffo le 15 juin au Conseil économique, social et environnemental.

"D’abord, a précisé le parlementaire, j’ai voulu auditionner les principaux acteurs de l’information sur la formation. On compte pas moins de 8500 structures, de 15 plateformes téléphoniques et d’une dizaine de sites web".

L’orientation, a insisté le député, est le volet du projet de loi qui a déclenché le plus de questions et d’échanges au sein de la commission :"Le droit à l’information et à l’orientation ne doit pas rester un voeu pieux ou un système qu’on ne pourrait pas utiliser. Aujourd’hui le citoyen souhaite disposer d’un système d’orientation digne de ce nom. Il faut lui proposer un outil auquel il puisse s’adresser à tout moment. Il faut conserver à chaque organisme sa spécificité et mettre en place pour le grand public un numéro unique qui pourra ventiler les appels sur les différentes structures en fonction de la question posée".

Autre point évoqué la labellisation. "J’y tiens personnellement. Elle renvoie à un référentiel de bonnes pratiques, à une charte, garanties de qualité ", a souligné Jean-Paul Anciaux. Par ailleurs, il regrette qu’on n’ait pas pris la décision d’une évaluation systématique Mais, a-t-il affirmé, "il reste encore beaucoup de possibilités au travers des amendements".

Patricia Gautier-Moulin
Article paru dans Le Quotidien de la Formation du 16 juin 2009.

Mis en ligne le 16 juin 2009
Publicité

catalogue 2018-2019