Gérard Cherpion propose que l’orientation devienne un droit inscrit dans le Code du travail

16 juin
2009

Invité à s’exprimer lors du séminaire du conseil d’administration du Centre Inffo le 15 juin à Paris sur le thème «  Réforme de la formation, la nouvelle mission d’intérêt général d’information et d’orientation professionnelles : enjeux et exigences  » , Gérard Cherpion, rapporteur du projet de loi sur l’orientation et la formation tout au long de la vie en cours d’examen au Parlement, a rappelé que 56 % des personnes travaillant en entreprise possédaient un niveau de qualification égal ou inférieur à 5.

« Il est extrêmement difficile pour ces salariés de remettre le pied à l’étrier en cas de chômage » a-t-il déclaré… (…) et que dire des 475.000 jeunes chômeurs dont une majorité sans qualification à la sortie de l’Education nationale ? »
Dans ce contexte, l’accès à l’orientation et à la formation tout au long de la vie revêt un caractère crucial. « Je souhaiterais que l’orientation aille au-delà de la mission d’intérêt général mais constitue un droit inscrit dans le Code du Travail, je proposerai un amendement en ce sens » a promis Gérard Cherpion, qui préconise par ailleurs « l’adoption du modèle [NDLR : fort coûteux] d’accompagnement professionnel procuré dans le cadre du CTP, pour l’accès à la formation des plus en difficulté ».

Gérard Cherpion compte également proposer que « les acquis professionnels d’un apprenti ayant échoué à son CAP ou qu’un étudiant à Bac+2 (80 000 non diplômés), puissent se voir reconnaître les acquis de leur formation au travers de l’obtention de CQP ».

Renée David-Aeschlimann
Article paru dans Le Quotidien de la Formation du 16 juin 2009.

Mis en ligne le 16 juin 2009
Publicité

catalogue 2018-2019