Olivier Gourlé, CFTC : les interlocuteurs sociaux ont “préservé le paritarisme”

3 mai
2009

Des choses se sont améliorées”, affirme Olivier Gourlé, secrétaire confédéral de la Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC).

Il cite en exemple le rétablissement de la préparation opérationnelle à l’emploi, qui figurait dans l’Ani, mais avait été évincée de la précédente version du projet de loi. “Nous avons préservé le paritarisme. Même si l’État siégera au FPSPP via trois représentants.” Un “moindre mal”, selon Olivier Gourlé, qui estime que l’essentiel de la lettre et de l’esprit de l’Ani du 7 janvier 2009 est sauvé. “L’essentiel”, pour lui, est que le FPSPP “contribuera à l’objectif que se sont fixé les partenaires sociaux dans l’Ani du 7 janvier 2009 de former chaque année 500 000 salariés peu qualifiés et 200 000 demandeurs d’emploi supplémentaires”, selon l’exposé des motifs du projet de loi. Peu importent les conventions-cadres que les partenaires sociaux sont censés signer avec Pôle emploi et les Régions. Manière de souligner qu’en réalité, les organisations syndicales et patronales garderont la main sur le FPSPP, héritier en ligne directe du Fonds unique de péréquation.

David Garcia
Paru dans Inffo Flash n°745, 1er-15 mai 2009

Mis en ligne le 3 mai 2009
Publicité

catalogue 2018-2019